La Houdan

La volaille est charnue avec des os fins. Les gastronomes prétendent que sa chair, qui reste ferme, rappelle celle de la perdrix ou de la pintade.

La Houdan

La volaille est charnue avec des os fins. Les gastronomes prétendent que sa chair, qui reste ferme, rappelle celle de la perdrix ou de la pintade.
C’est une des races les plus anciennes de France puisqu’elle est attestée dès le XIVe siècle ; elle honorait la table des rois et des nobles à la cour de Versailles. La Houdan doit son nom à une commune des Yvelines dont elle est originaire et était très répandue en Eure et Loir. Elle connut son heure de gloire sur les marchés et les tables des gastronomes à la fin du XIXe pour être finalement abandonnée au profit de races à meilleurs rendements. La souche a cependant été maintenue grâce aux efforts de quelques passionnés qui ont créé clubs et concours afin de garantir la pureté et les qualités de la souche.

Elle bénéficie d’un label rouge, ce qui est rare pour une volaille de race et d’une IGP (Indication Géographique Protégée) dont nous ne pouvons bénéficier en tant que Normands.

La Houdan est une race à chair mais aussi d’ornement. C’est une grande poule solide sur ses deux pattes à cinq doigts ; elle peut peser jusqu’à 2,5 kilos. La Houdan se reconnaît à sa crête double en feuilles de chêne et à sa huppe de plumes qui forme sur sa tête une coiffe en pompon légèrement rejetée en arrière. Son plumage est généralement noir caillouté de blanc, mais il peut tirer sur un uni noir ou blanc.

La volaille est charnue avec des os fins. Les gastronomes prétendent que sa chair, qui reste ferme, rappelle celle de la perdrix ou de la pintade.

La Houdan est une race à chair mais aussi d’ornement. C’est une grande poule solide sur ses deux pattes à cinq doigts ; elle peut peser jusqu’à 2,5 kilos. La Houdan se reconnaît à sa crête double en feuilles de chêne et à sa huppe de plumes qui forme sur sa tête une coiffe en pompon légèrement rejetée en arrière. Son plumage est généralement noir caillouté de blanc, mais il peut tirer sur un uni noir ou blanc.

La volaille est charnue avec des os fins. Les gastronomes prétendent que sa chair, qui reste ferme, rappelle celle de la perdrix ou de la pintade.

Nullam sit nunc ut Donec fringilla vel, consectetur Sed sem, quis
Share This

En continuant à utiliser le site, vous acceptez l’utilisation des cookies. Plus d’informations

Les paramètres des cookies sur ce site sont définis sur « accepter les cookies » pour vous offrir la meilleure expérience de navigation possible. Si vous continuez à utiliser ce site sans changer vos paramètres de cookies ou si vous cliquez sur "Accepter" ci-dessous, vous consentez à cela.

Fermer